Activités du Spéléo-Club de Chablis

Quelques activités, parmi tant d'autres, du Spéléo-Club de Chablis.
Pour être informé en temps réel de la publication de nouveaux articles, utilisez notre fil RSS !

Grotte de la Rippe - Photographie

Article publié par B. BOUCHARD le lundi 08 janvier 2018.

miniatureZoom

Nous profitons de cette journée pluvieuse et de la petite crue de l'Yonne pour aller faire des photographies à la grotte de La Rippe, le lac devant être plus haut qu'habituellement.
Au bas du chemin qui conduit à la cavité, à proximité de la voie de chemin de fer, l'eau a envahit les champs et nous marchons dans un chemin quelque peu submergé.
Nous nous habillons rapidement à l'entrée de la cavité et découvrons un blaireau dans le boyau qui conduit à la première salle. Au premier abord, il semble dormir mais rapidement nous nous rendons compte que l'animal est mort depuis peu.
Après l'avoir écarté, nous faisons quelques photos en testant différents éclairages. Le lac est bien présent et donne une ambiance sympa à la cavité. Lorsque nous ressortons, il fait nuit et il pleut toujours.

haut de page

Désobstruction Grotte de Diabolo

Article publié par B. BOUCHARD le samedi 30 décembre 2017.

miniatureZoom

Nouvelles tentatives à la grotte de Diabolo, cette fois uniquement pour en savoir plus sur la cavité. Nous sommes 5 du club à venir creuser. M. Simon, propriétaire du chien Diabolo, nous rejoint en cours d'après-midi et donne un coup de main à Pascal pour sortir les seaux de terre.
Les pluies de la semaine ont rendu le sol encore plus boueux que les fois précédentes.
Au fond, les jeunes chasseurs qui ont creusé la veille, ont bien avancé, mais ont dû s'arrêter sur un nouveau rétrécissement. Nous sommes désormais à 18 m de l'entrée et, à cet endroit, la cavité change un peu de physionomie : après avoir parcouru jusque-là à quatre pattes ou à plat-ventre une galerie assez large emplie de glaise sous un plafond mamelonné, la cavité change d'aspect avec un décrochement de la voûte de 10 à 20 cm, une paroi rocheuse sur la gauche, et une petite ligne de petites stalactites sur la droite. La glaise elle-même devient plus lourde à creuser et change de couleur : nous sommes sur un remplissage plus ancien. La cavité se prolonge toujours assez rectiligne dans ce boyau plus resserré : nous mesurons une longueur de 3,30 m qui ne pourra être pénétrable qu'après élargissement.
Nous commençons donc par décaisser un peu le sol pour l'abaisser et être plus à l'aise pour désobstruer. Il faut également élargir. Les navettes des seaux (18 seaux et bidons), tirés par des cordes, deviennent un peu plus laborieuses. Petit à petit, nous avançons et le fond que nous devinons nous intrigue.
Malheureusement, l'air se renouvelle moyennement, malgré de temps à autre un léger courant d'air aspirant (il fait moins de 5 degrés dehors). Nous décidons donc d'abandonner lorsque nous estimons que nous n'avons plus la même efficacité. Il faudra revenir.
La topographie est dressée durant le retour.
Nous convenons avec M. Simon d'une visite de cavité pour lui et sa famille au printemps prochain. Avant de nous quitter il nous remets quelques bouteilles en remerciement.

haut de page

Pour info : Diabolo est retrouvé, mais

Article publié par B. BOUCHARD le mercredi 27 décembre 2017.
Le chasseur propriétaire du chien retourne creuser avec ses fils.
Ils progressent «bien» (mais sans autre précision) et finissent par apercevoir le chien. Il le tire avec une perche.
Le pauvre animal est malheureusement décédé, certainement d'épuisement (pas de trace de coups).

haut de page

A la recherche de Diabolo

Article publié par B. BOUCHARD le jeudi 28 décembre 2017.

miniatureZoom

Les chasseurs reviennent creuser dès ce samedi matin pour rendre la désobstruction plus confortable.
Nous les rejoignons en tout début d'après-midi. Au fond, nous élargissons pour gagner plus d'espace et faciliter la désobstruction du boyau qui apparaissait étroit. En fait, nous sommes sur le côté gauche de la galerie au lieu d'être au milieu. En creusant, nous avançons jusqu'à un nouveau virage et la galerie file tout droit devant nous. 37 seaux sont ainsi sortis de la cavité. Mais il est toujours nécessaire de creuser si l'on veut progresser.
Une douzaine de chasseurs nous rejoignent dehors et nous nous retrouvons tous à la cabane de chasse de Oudin en soirée pour boire un coup et prendre un casse-croûte ensemble.
A noter que les chasseurs sont revenus ce dimanche pour creuser encore mais, aux dernières nouvelles, la désobstruction leur a paru difficile car l'argile est devenue plus lourde (c'était déjà le cas ce samedi). Toutefois, ils sont prêts à continuer à creuser.
Le chantier demande des bras : 1 qui creuse, 1 qui prépare, remplit les auges, les accroche à la corde puis les ramène une fois vidée (en tirant sur la corde), 2 voire 3 pour tirer les auges jusqu'au dehors (dont 1 à 2 dans le trou), 1 ou 2 de plus en extérieur pour vider les auges.
A noter que les chasseurs ont ouvert le trou le week-end du 16/17 décembre avec une mini pelleteuse qu'ils ont conduit, non sans difficultés, jusqu'au terrier de blaireaux !

haut de page

Grotte du Diabolo

Article publié par B. BOUCHARD le vendredi 22 décembre 2017.

miniatureZoom

Il est 11h30 ce mercredi quand le téléphone sonne à la maison : un chasseur de la fédération de chasse nous demande si nous pouvons aider à rechercher un chien qui a disparu dans un trou. Comme nous confirmons, il nous communique le téléphone de la personne qui a perdu un teckel dénommé Diabolo. Lors de la conversation téléphonique nous prévoyons de nous retrouver en début d'après-midi sur place. La cavité incriminée se trouve dans le Vau de Bouche, entre la route qui monte à Précy-le-Sec et Lucy-le-Bois.
Olivier, Fredy et moi arrivons sur place vers 15h00 et garons le véhicule près de celui des chasseurs. Ceux-ci ont commencé à creuser depuis 2 ou 3h00, et nous avons convenu d'avertir de notre arrivée par un coup de trompe de chasse ( ! ). En effet, nous avions trouvé un tel objet perdu dans les bois, au cours d'une prospection cet été entre Châtel-Censoir et Merry-sur-Yonne. Nous entendons en réponse la trompe des chasseurs et nous nous dirigeons donc par un sentier qui traverse le flanc de la colline. Nous les retrouvons rapidement au bord d'un gros trou situé au pied d'une barre rocheuse.
Le chien Diabolo s'est perdu dimanche dernier. Les chasseurs ont creusé un peu plus haut à même le sol, là où le pointage GPS indique la dernière position de l'animal : ils ont déblayé le couvert végétal et creusé jusqu'à la roche en place. En absence de fissures, ils se sont rabattus un peu plus bas, près d'un terrier de blaireaux situé à quelques pas de la barre rocheuse. Ils ont donc creusé à même le sol juste au pied des rochers, et 1,50 m plus bas, ils ont mis à jour un laminoir terreux. Ne sachant plus trop comment aborder la désobstruction, ils apprécient d'autant notre arrivée.
Nous nous mettons de suite au travail, à plat ventre. La terre est meuble et est facile à creuser : les premiers mètres sont parcourus assez vite. Il s'agit d'une galerie assez large, qui s'évase sur les côtés, mais qui est en grande partie comblée par la terre. En la dégageant, on peut se faufiler sous un plafond mamelonné. Au bout de 4 m, la galerie s'élargit dans un virage en prenant une direction plein nord. Là encore, la désobstruction reste assez facile et on se faufile encore sur quelques mètres, jusqu'à une zone où la terre est plus compacte. La désobstruction est un peu plus dure mais la zone est dépassée. On aboutit dans une petite alcôve occupé en son centre par un gros tas de terre. Elle semble se prolonger par un boyau étroit et bas. Pour continuer, il faudrait organiser un chantier plus conséquent.
Malgré nos appels répétés, Diabolo ne répond pas et reste invisible : impossible donc de confirmer qu'il s'est bien glissé dans cette cavité.
Nous repartons donc un peu déçu de ne pas avoir retrouver la bête.
Concernant la cavité, elle se situe à environ 1000 m de la route de Précy en remontant sur Lucy-le-Bois. Pour la trouver, il faut se garer un peu plus loin, au départ d'une chemin qui monte vers le nord dans un vallon. Un sentier part vers le nord-est, en montant le long du flanc de la vallée. On atteint rapidement les rochers au pied desquels s'ouvre la grotte. Son développement est de 12 m. A noter qu'elle se situe juste dans une petite zone que nous n'avions pas encore prospectée. La grotte la plus proche est le trou que Nico a creusé (trou de Précy), sur le côté de la vallée Jean Gilles.
Notons également que, en cherchant le chien, les chasseurs ont d'abord repéré un terrier de blaireaux. Celui-ci s'ouvre entièrement dans la terre et ne nous auraient pas beaucoup intéressé. Or ils ont eu l'idée de creuser au pied des rochers dans l'espoir de recouper le terrier et c'est ainsi qu'ils ont mis à jour la grotte. Seul indice : à quelques mètres, dans les rochers, se trouve un départ de boyau facilement pénétrable mais rapidement obstrué par des cailloux. Il descend sur la cavité précédente.

haut de page

Encadrement Puits Bouillant

Article publié par B. BOUCHARD le lundi 18 décembre 2017.

miniatureZoom

Geoffroy et Sébastien nous avaient sollicité pour une initiation à la spéléologie. Nous les avons conduits à Puits Bouillant, où les pluies des derniers jours ajoutaient un peu d'ambiance à la rivière.
Belle sortie, sympa.

haut de page